ConnexionCréer un CompteCréer un sujet

Temoignage ... poignant

Objet : Avant Déc 2012 / Après Fév 2014

 

 

Docteur KADJI,  Bonjour !

 

Il y a un peu plus d’1 an, sans jamais le poster, je me racontais là pour me présenter et pour vous livrer mon malaise, mes déceptions, ma profonde motivation et mon nouvel espoir à envisager  avec vous une sleeve.

Happy birthday… ! Il y a 1 an, je faisais une démarche importante. J’ai croisé les bonnes personnes. Idéalement, accompagnée, j’ai ouvert un nouveau chapitre du reste de ma vie… et il est sympa à lire, depuis ce « book of my life ».

Du haut de mes 48 ans l’année dernière,  je ne m’attendais  pas à un miracle sans investissement personnel,  mais espérais trouver la récompense à  mes  efforts passés, présents et futurs et j’étais prête à de nouveaux sacrifices pour retrouver une meilleure santé, limiter les dégâts et redevenir acceptable à mes yeux et plus tentante aux yeux de mon compagnon, qui m’accompagnait dans cette démarche !

Yes we can ! A 49 ans, après bien des « malaises » et du « mal-être », avec votre aide et un investissement personnel, je me rassure, maintenant !  Après ces déboires connus, les efforts faits pour retrouver la santé et l’estime de soi, me récompensent.

Ancienne sportive (Tennis, Natation, Ski…) je me savais encore un peu musclée, malgré une prise de poids  insidieuse,  tout au long de ces 15 dernières années. Pour 1.65m, mon IMC était de 35. Je reste une enfant du « dystilbéne» qui a suivi 2 traitements hormonaux, pour FIV. J'y ai  gagné il y a 17 ans un merveilleux fils mais à l’époque aussi 30kg. On n’a rien sans rien !

Je reste une sportive dans l’âme mais cultive d’avantage ma fonte musculaire sur le canapé désormais. Notre sleeve m’a ramené à un IMC de 27 et c’est seulement mon merveilleux ado en crise avec sa mère,  qui peut me rappeler les lourds traitements qui m’ont pesé, sans jamais les regretter. « …Va me rembourser la sleeve ce gosse, dés sa 1ere paye. J’vous le dis, moi…. »

J’avoue faire souvent  de l’autodérision, pour masquer ma peine et court-circuiter les réflexions désobligeantes. Quelques restes de l’ancienne « moi », surement !

Je ne veux pas perdre mon humour. J’ai trouvé une complice. André si tu me lis… !

C’est la plus jolie ligne de mon CV. Certes il ne rapporte rien, sinon un plaisir tout personnel et de nos jours ces plaisirs deviennent « hors de prix ». Conclusion : suis riche !

 

Spectaculaire  migraineuse depuis plus de 30ans (hérédité familiale), 1 tout petit écart gras dans mon alimentation (une salade verte vinaigrette le soir) me valait un lendemain  de nausées. Je le savais et depuis fort longtemps  ma préférence allait aux  grillades et courts bouillons qui m’aidaient à limiter ces jours de crises de plus en plus fortes avec l’âge. Pour autant je restais hyper-cholestérolémique  et je ne réussissais pas à soigner mon foie de stéatose. La douleur que je ressentais ces jours là, semblait exacerbée par une pression artérielle plus forte. Souvent, j'avais l'impression d'être pleine et mon ventre était vite gonflé. Peut -être l'héritage d'un père, à l'abdomen sur tendu, ponté et décédé à l'âge de 71ans après de nombreux accidents cardiaques. Incapable d’assumer ces jours là, je restais couchée pour éviter de trop vomir mais déprimais de me sentir tant diminuée, ankylosée et enflée.

Psffff : mais qu’est ce que je pouvais dire comm’ conneries à l’époque ! Certes bien vrai tout ça mais si loin depuis notre « petite affaire » ! Les migraines sont passées de 1/semaine à 1/trimestre. Je me sens revivre. Les cervicales restent responsables mais je ne céderai pas et continuerai à les solliciter en salsa. Qu’on se le dise, et qu’elles s’y fassent ces garces !

Le cholestérol, les gama GT et le sucre seraient à contrôler mais j’ignore délibérément, quand ! J’appréhende encore ces résultats d’analyses…  mais à mon pouls, mon caractère, ma vitalité, mon ventre plat et mes genoux dégonflés, moi je diagnostique déjà que « …tout va bien Mam’ IBI.. »

Même si je reconnaissais du relâchement dans mon  alimentation par la suite, la perte de poids n’était jamais à la hauteur des nombreux régimes motivés, sérieusement suivis et établis par 3 diététiciennes/ nutritionnistes, consultées sur plusieurs périodes de ma vie. Je récupérais tout et plus, en moins de temps qu’il fallait pour le dire. Je pouvais affirmer que même un verre d’eau me profitait…et pourtant !

J'avoue que mes repas même s'ils étaient réfléchis, étaient expédiés. Sans hésiter, j’ai contacté Frédéric, pour m’apprendre à aimer la cuisine, à nouveau.  Il est parfait, dans son écoute, ses services et sa complicité… Sans regret !

Je ne réussissais pas à apprécier ce qui aller de toute manière, me faire gonfler et qui me donnait l'impression de creuser ma tombe avec mes dents.

J’ai consulté Maryline, la diététicienne, pour travailler sur la quantité à limiter chez moi et le temps à m’accorder. J’ai ré-apprivoiser ces moments, grâce à elle !

Depuis mon « aventure », même un verre de sirop, une tartine de vrai beurre, un tranche de saucisson ne me font pas peur. Je crains dégun, depuis !

Il y a eu d’heureux hasards dans ma vie qui répondent au doux nom de Maryline, Dr kadji, André et Fred, par ordre d’apparitions dans notre scénario… quelle aventure ! Quel beau script je me suis offert avec vous. Merci. Vous êtes mes « Césars », mes « Oscars », mes « lions d’or », j’ai dis lion pas « hot…. »

 

J’avais compris depuis longtemps qu’il me fallait, pour limiter les dégâts, me dépenser et j’aimais  cela !

J’ai  suivi par pur plaisir et très impliquée, des cours  d’aqua : aquagym, aquapalm, aquatonic, aquarunning, aquabike, à raison de 4x/semaine.  J’ai quitté « cette famille sportive » en déménageant  il y a 3ans.  Raffermie certes, fatiguée et heureuse sur le moment, je n’avais pas à long terme, un résultat physique en rapport. Je me sentais rapidement essoufflée et mon équilibre me faisait appréhender de plus en plus les simples promenades avec mon compagnon. Ne parlons même plus des randonnées ! J’en revenais, triste de constater que je n’avais plus d’endurance ni de force. Il me tardait de solliciter Fabrice, pour judicieusement orienter mon indéniable motivation, sans endolorir davantage mes genoux.

Psfff ! Fabrice a eu peur de vivre qlq chose avec moi. MDR ! Jamais je n’ai autant rêvé d’un coach que lui ! Je me raisonne… il n’y a plus d’espoir entre nous, Adieu !  « J’infidèle » et j’assume sur les sons latinos. Je me passionne pour la Bachatta et la Kizomba me rend 2 fois par semaine, heureuse, en cours et en soirées ! Je peux « craner » sur 10 cm d’escarpins, sans qu’ils fassent triste mine (les escarpins ! et les partenaires). C’est finalement ma Sainte Victoire à moi, en tenue sportwear plus sexy !

Je souffrais beaucoup du dos, je composais mes lendemains avec l’appréhension  de cervicalgies et lombalgies.  Mon obésité pesait sur une sciatique qui ne passait pas un mois sans me faire souffrir et une hernie discale, pour laquelle j’ai eu 2 infiltrations. 1 fausse-couche, 2 grossesses extra-utérines et une césarienne m'avaient laissé un ventre laid,  repris par abdominoplastie peu réussie. Il faut préciser que de nombreuses adhérences, c’étaient confortablement installées, aussi !

Avis à la population ! Mon ventre est plat, qu’on se le dise ! J’en ai toujours « plein le dos », mais ça s’allège confortablement depuis 1 an. Et avant d'éventuelles prothèses de fesses à venir et que seul mon auguste fessier devrait connaitre, et avant une éventuelle correction des ravages de l’apesanteur sur mon 95D, que mes 50 ans s'offriront peut être... Faut garder ses petits plaisirs et je reste dans les mains de mon Kiné.! En attendant faites vous à l’idée que vous allez me revoir….

Après une période professionnelle difficile, je suis sortie d’une spirale douloureuse et j’ai voulu optimiser cette période « libre », pour envisager avec vous Docteur KADJI, une prise en charge chirurgicale pour une sleeve qui m’aiderait à  me soulager de tous ces maux qui m’empoisonnaient le quotidien.

J’ai investi ce temps libre, avec votre aide, pour me recentrer. Me voilà occupée dirons nous, dans un joli milieu d’enfants. Secrétaire administrative d’une Directrice d’école maternelle depuis peu, je me régale de mots et d’anecdotes dans une ambiance bien sympathique. Loin des incompétents croisés qui se pensent être meilleurs, mais qui ne sont qu’insuffisants et très insuffisants au final, même en taille 38.

Énergique, enthousiaste et positive avec les autres, j’étais pourtant un clown profondément  triste quand je faisais mon bilan. Il y avait une vraie honte, à me lever « malade, affaiblie et démotivée » ou lorsque je « me croisais » dans une vitrine, un miroir ou en photo.

Sans jamais avoir été physiquement « prétentieuse », j’espérais retrouver une légèreté somme toute raisonnable.

Energique ? Je ne peux guère plus !

Enthousiaste ? Le suis, 2 fois plus !

Positive ? Définitivement !

Cette fameuse légèreté tant espérée est retrouvée depuis « le truc entre nous » et je me laisse figer sur papier glacé, maintenant ! Y a que là qu’on me trouve tranquille d’ailleurs !

Je n’ai plus peur des vitrines et mon mari ne me donne plus carte blanche avec la carte bleue !  Allez savoir pourquoi ?

 

Je voulais retravailler  la fluidité en bonne danseuse de salsa, mais c’est la mort dans l’âme que j’avais renoncé  aux courts  et aux  soirées, gênée d’être lourde et une salsera en taille 48, ce n’était vraiment pas jolie.

La ceinture lombaire ne fait pas de miracle, mais ….

Que nenni ! J’ai retrouvé le chemin du dance-floor et à 49 ans ma taille 40 n’effraie plus personne, aujourd’hui.

 

Combien de fois, derrière mon sourire,  j’ai été embarrassé d’entendre mes cavaliers s’excuser de frôler mon ventre et heurter mes seins…. Mais ça c’était avant !

Heuuuuuu ! Ils les frôlent encore ! Vous croyez qu’il faut y voir un message ? mdr

Docteur KADJI, j’aimais à penser que cette intervention  me conduirait,  d’une aide précieuse,  à être en meilleure santé, à me « retrouver » et me sentir mieux. J’avais tout juste, Doc’ ! Bien projeté, bien travaillé, bien géré. Votre intervention est un vrai succès !

Mes nuits devenaient gênantes et angoissantes. Mes ronflements de plus en plus appuyés, empêchaient mon mari de dormir, me contraignant à ME réfugier sur le canapé. L’endormissement il y a quelques temps devenait de plus en plus  psychologiquement perturbateur. Inconsciemment, je me réveillais aux 1ers sons émis et le manque de sommeil réparateur me faisait connaître une nouvelle souffrance.

Le canapé reste d’actualité,, oui, oui, mais seulement dans un fou-rire quand mon mari ne me supporte plus…collée à lui, gelée à 3h du mat’ ! Précision importante : c’est lui qui me menace de me quitter à ces moments là, pour SON canapé ! Limite en hypothermie, certes, mais plus en apnée. J’ai choisi : Froide mais oxygénée et dans MON lit, à dormir com’ un BB !

A quelques jours de mes 48ans, lorsque je vous ai rencontré j’étais  très consciente que l'on ne pouvait pas être et avoir été, mais je voulais envisager avec votre aide, ce qui pouvait être  le mieux  pour  retrouver une bien meilleure santé, une jolie ligne  et que le sourire que j'offrais encore et toujours ne soit plus seulement une forme de politesse, mais reflète une nouvelle élégance.

A 49 ans depuis peu, je suis ravie de mon parcours avec vous. Notre bilan est plus que positif, Doc’ ! Un meilleur sommeil (parfois seule dans un grd lit….mdr), une plus jolie ligne sur des talons sans devoir m’accrocher à tout le monde… (Parait que ça ne se fait pas). Un sourire intérieur qui accompagne mes nouveaux jours mais que j’offre pudique, sûrement pour que ma nouvelle élégance ne se transforme  pas en  prétention !

 

Au-delà d’un malaise à me montrer ainsi, dans le contexte actuel ou l’obésité renvoi malheureusement encore  à une faute de goût sociale, mes maux et l’inconfort se faisaient  de plus en plus vifs et pesants avec l’âge et le poids.

Je vérifie tout les jours, depuis que vous vous êtes penchez sur moi, que ma conclusion là,  il y a un an, était très juste.

Mais mon bon âge, mon « petit »surpoids, ma meilleure santé et mon  incroyable tempérament sont désormais bien assumés et j’emmerde la société si cela n’est pas suffisant pour elle. Moi je vais bien maintenant, grâce à vous !

Je vous adresse, Monsieur KADJI  mes plus vifs remerciements.

Il y a un an, vous n’avez pas snobé ma requête. Ce n’était pas gagné lors du 1er rendez-vous entre mon IMC 35 et vous, expédié, minimaliste et succinct.

Avec toute ma détermination, j’ai persisté et signé dans cette aventure avec vous et votre merveilleuse équipe.  Je peux dire que j’y ai trouvé des complices, des rigolotes : une Andrée, quoi ! C’est du 3 en 1 à précieusement garder et ménager. Andrée !  Je vous phone pour mon bakchich…

Avec toute votre retenu, Docteur Kadji, votre doigté et votre compétence, qui font votre légende maintenant, vous avez su ôter le petit bout et m’apporter  beaucoup.     MERCI       PS : Souriez et vous serez parfait !

 

Pour toujours et à jamais ici….. Ibidonil !

 

Dernière modification le 10/02/2014 par
Chirurgien digestif - Intervenant Réso13
Réso 13 - Tous droits réservés / Réalisation : e-partenaire  - ConnexionPolitique de confidentialité  Mentions Légales  Utilisation du forum
Partenaires Réso13:
laboratoires Covidien